iaido - Sémantique

La sémantique consiste en l'étude de la signification des mots. Le iaido 居合道 est la voie du iai. Ce terme iai 居合 est composé de 2 kanji (idéogrammes) 居 et 合 dont les sens présentent une certaine richesse et sont sujets à de nombreuses interprétations.

 

Comme un miroir de ce qu'il représente ce terme de iai a ainsi une base historique, une signification concrète et peut donner lieu à des interprétations plus spirituelles. Il n’y a pas de contradiction dans cela, simplement des approches différentes et complémentaires.

A chacun de faire la part des choses en fonction de son vécu et de ses aspirations. N’est-ce pas là une belle définition du principe même d'une voie ?

Voie de l'harmonie

Dans une recherche sur le terme iaido, par exemple dans Wikipedia, le sens de l'union ou de l'harmonie de l'être est souvent mis en avant. Ce sens est issu de la lecture suivante des 2 kanji :

  •  居 (i) = résider, vivre, exister
  • 合 (ai) = unir

Cette harmonie dont il est question, peut être comprise de nombreuses façons. D’abord par l’harmonie du corps, de l’esprit et du sabre. C’est le principe du 気剣体の一 ki-ken-tai-no-ichi (unité de l’esprit, de l’épée et du corps) souvent mentionné en kendo.

Mais aussi de façon plus spirituelle avec le principe de combattre le mal et les faiblesses qui sont en nous comme le propose Kim Taylor sensei :


"Pour ceux qui sont un peu plus spirituels, vous pouvez fabriquer votre Kasso Teki* en vous-même. Seulement les parties vraiment méchantes et horribles de vous-même de telle sorte que vous réduisiez vos propre faiblesses à chaque Kata. Quand ces choses reviennent en vous (au Noto), il y en aura juste un peu moins à chaque fois. Pratiquez suffisamment longtemps et vous pourriez devenir une meilleure personne."

 

(extrait de Who's your teki ? Traduction française par le club Busen Iaido)

*Note : Kasso Teki = adversaire imaginaire


Mais aussi combattre le mal en nos adversaires. C’est le principe du 活人剣 katsu-jin-ken (l’épée instrument de vie) par opposition au 殺人刀 satsu-jin-to (sabre instrument de mort) que détaille Kishimoto Chihiro sensei dans 居合道審査員の目 (regard d’un jury d’examen) :


Pouvez nommer plus de 3 sensei dans ce trombinoscope ?

Il y a des gens qui disent que la frappe doit être si rapide qu'il n'y a pas de délai entre le dégainement et la frappe; Toutefois, cela est Satsujinto (le sabre qui ôte la vie) et non Katsujinken (le sabre qui donne la vie) c’est à dire qui est en harmonie avec l'esprit du Iai
[...]
En d'autres termes, couper en Iaido ne signifie pas abattre un adversaire. Au contraire, c’est le fait d’éliminer le mal du Kokoro de votre adversaire et le pousser à se ressourcer.
[...]
Chiburi  et  Noto  sont  tous  deux  réalisés  dans  un  effort  pour  se réconcilier avec votre adversaire.

 

 (extrait de 居合道審査員の目, regard d’un jury d’examen, traduction française par le club Busen Iaido)



Cette symbolique se retrouve donc aussi dans le geste de 血振りchiburi. Le chiburi est le geste qui consiste assez littéralement à secouer le sang du sabre avant de remettre celui-ci au fourreau. Mais, en iaido, il est plutôt question d’impuretés et par extension du mal. Le chiburi consiste alors symboliquement à se débarrasser du mal.

Affrontement soudain

Une autre explication du terme iai réside cependant dans la phrase suivante :

 

常にて急にわす (tsune ni ite kyû ni awasu)

(source: An Introduction to Iaido: Its Purpose and Benefits)

 

Une traduction possible est vivre quotidiennement, affronter soudainement. La lecture des 2 kanji du terme iai peut donc donc être la suivante :

  • 居 (i) = résider, vivre, exister
  • 合 (ai) = rencontrer, faire face

Un autre sens du terme iai serait vivre, affronter ou même préparer, affronter car pour le 武士 bushi/mononofu (guerrier) le quotidien consiste d’abord à s’entraîner. Cette interprétation est sans-doute celle qui décrit le plus exactement la pratique elle même. En effet, les techniques de iai viennent du besoin de pouvoir répondre à une attaque soudaine qui pourrait survenir à n'importe quel moment de la vie quotidienne.

Dans la préface, le livre Le sabre de vie (traduction du 兵法家伝書) mentionne d’ailleurs une anecdote concernant Yagyû Munenori qui illustre parfaitement ceci :

 

Ce dernier, en apparence absorbé dans la contemplation de la nature printanière, aurait soudain perçu une menace pour découvrir, déçu,  qu’il ne s’agissait que de son page.

Voyant son maître troublé,  son page, se confondant en excuses, aurait alors reconnu qu’il s’était demandé si le maître de sabre aurait pu être tué par surprise dans cet instant ...


Techniques assises

Il faut aussi savoir que le kanji 居 signifie à l’origine spécifiquement le fait d’être assis  :


" est résider, et c'est le quotidien de l'homme, tel qu'inscrit dans le dictionnaire chinois as d'étymologie. A l'origine, il s'agit de l'acte de s'asseoir et est aussi écrit “踞” […] il peut faire référence à de nombreuses manières de s'asseoir, tel que s'accroupir, s'allonger, s'agenouiller, et s'agenouiller avec le corps vertical, avant l'ère de la chaise"

 

(Extrait de What does Iaido mean literally ?)


Un sens originel de iai est donc celui d’affrontement assis avec la lecture suivante des 2 kanji :
    • 居(i) = résider, être assis
    • 合 (ai) = rencontrer, faire face

 

Cette interprétation historique est celle qui est mise en avant dans le livre 全剣連居合 (ZKR iai de Kishimoto Chihiro et Orgura Noboru sensei). Il est en effet indiqué que iai est d’un des nombreux termes désignant à l’origine une seule et même chose, à savoir des techniques de dégainage à partir d’une position assise :


Selon 全剣連居合  ces termes désignent les mêmes techniques :

居合 (iai, affrontement assis)
居相 (rencontre assise)
抜合 (dégainer, affronter)
座合 ( affrontement assis)
抜刀 (battô, sortir le sabre)
抜剣 (sortir l’épée)
鞘の内 (dans la saya)
利方 (méthode efficace)
...

 

 (extrait de 全剣連居合, ZNR iai / 居合の起源, les origines du iaido)



立合 tachi-ai (affrontement debout) est le terme qui désigne ces techniques lorsque la position est debout. Ce terme désigne aussi l’attaque qui a lieu au début d’un match de sumo, l’image est assez parlante.

 

Dans la dénomination actuelle, cette distinction assis / debout n’existe plus et le iai inclut des techniques réalisées à partir d’une position assise comme debout. Le terme 抜刀道 battôdô (la voie du battô) est désormais associé à la pratique de la coupe.

 

A noter aussi que les termes 居合術 iai-justu (techniques de iai) et 抜刀術 battô-jutsu (techniques de battô) sont utilisés indifféremment par les écoles qui restent fidèles à des enseignements plus traditionnels (indépendants du ZNKR).